EXPOSITION

L’AUTRE VERRIERE, PAR BUREN.

14/05/2012

| Monumenta, Excentrique(s) de Daniel Buren |

La 5ème édition de Monumenta reçoit après Anish Kapoor l’an dernier, l’artiste Daniel Buren.

C’est lors d’une rencontre Web organisée par le CNAP (que je remercie de m’avoir invitée), coproducteur de l’évènement, que j’ai pu vivre l’expérience du travail in situ Excentrique(s). Comment investir un lieu comme la Nef, haute de 45m sous la coupole ?

Daniel Buren, expert du travail in situ a proposé après un an de réflexion et une dizaine d’esquisses non retenues, une œuvre d’envergure. L’espace même de la nef n’est pas facile à s’approprier pour un artiste. En effet, plusieurs contraintes prédominent comme l’absence de mur, la verrière, la hauteur, le soleil. Le site rend difficile la muséographie.

Après analyse du lieu, des cercles de couleurs différentes – maintenus par des poteaux blancs et noirs de la fameuse dimension de 8,7 de section – tapissent la nef d’une hauteur d’environ 2,5 environ. La couleur est personnage. Les disques transparents sont une façon de créer une seconde verrière à l’échelle humaine. Buren transforme le lieu par la polychromie. Cet assemblage de cercles est positionné par une formule mathématique dans toute la nef excepté au milieu. A cet endroit, des miroirs ronds reflètent, les personnes qui aiment s’amuser avec leur image, les surfaces bleues collées sur la verrière et bien évidemment les surfaces de ciel bleu encadrées par l’armature d’acier de la carcasse de la nef.

C’est une œuvre mobile où le soleil joue avec les cercles et leurs reflets, où le bruit se déplace par un dispositif de hauts parleurs directionnels, où les visiteurs déambulent sous ce nouveau plafond. L’air et la lumière sont les fils conducteurs du processus de l’œuvre.

Le parcours étant important dans cette œuvre, Daniel Buren nous a expliqué lors de cette rencontre, qu’il avait été amené à changer l’entrée du Grand Palais. L’entrée désormais prévue par la porte latérale, change l’approche initiale de l’espace (pour ne pas tomber directement au centre de la nef). N’hésitez pas à vous arrêter dans le couloir, avant que le personnel vous prenne le billet. C’est avant même de rentrer dans la nef, qu’on comprend beaucoup de choses.

« La pièce est faite pour être vue en marchant, au niveau du sol » nous confie Daniel Buren, comme un espace public. C’est un endroit de vie que Daniel Buren a crée car « œuvre existe par le public »

Excentrique(s), est en mouvement, à voir la journée, la nuit. Une soirée à ne pas manquer est le Bal Blanc prévu le 21 juin prochain avec Jamie XX, Caribou et Four Tet.

En bonus, entretien entre Marc Sanchez et Daniel Buren ici.

Merci encore à Annabelle, Marc Sanchez.

Programmes des soirées ici.

 

 
 
Daniel Buren au Grand Palais
Monumenta 2012
Excentrique(s) / travail in situ
Du 10/05 au 21/06
infos pratiques ici.
 

 

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Monumenta 2012, Excentrique(s), de Daniel Buren, au Grand Palais ... | CNAP + Monumenta | Scoop.it 15/05/2012 at 11:22

    […] le-polyedre.com – Today, 11:22 AM […]

  • Reply La Môme 13/06/2012 at 23:34

    L’oeuvre qu’il me fallait découvrir pour vivre un printemps coloré et joyeux. L’idée des grands miroirs posés au sol me plaît bien : on n’a jamais l’occasion de se voir de cette façon, avec en bonus la verrière du Grand Palais en arrière plan. Bravo M. Buren.

  • Leave a Reply