CREATEUR, DECOUVERTES, LIFESTYLE

INTERVIEW : VITOSHKA

07/04/2016

vitoshka-interview-le-polyedre

Ce n’est pas tout à fait une rencontre car je n’ai jamais rencontré les deux créatrices de la marque Vitoshka, nous dirons qu’il s’agit plutôt d’une belle découverte et d’une interview que j’ai faite pour mieux connaître l’univers de la marque lifestyle de deux architectes. Vitoshka est une marque de design basée sur la relation entre les traditions bulgares et le deign français. La collection est composée de tapis kilim, de coussins, de papeteries au graphisme traditionnel revisité.

Pour les connaître d’avantage, j’ai posé quelques questions à Denista…

1/ Pouvez vous nous en dire plus sur le nom Vitoshka ?

Vitoshka (avec un K avant le a ) est le surnom affectueux de l’avenue la plus célèbre de Sofia – la capitale de la Bulgarie, le boulevard Vitosha. La rue porte elle-même le nom de la montagne Vitosha. Ce diminutif témoigne de l’affection et de l’attachement des gens. L’avenue – qui est devenue récemment piétonne – avec ses nombreux cafés et boutiques, est symbole de la « vie », de la joie de vivre et du partage – des valeurs que nous voulons célébrer avec notre marque.

2/ Comment vous êtes vous rencontrées ?

A l’école d’architecture de Strasbourg ! Depuis Johanna s’est installée à Paris, moi je vis toujours à Strasbourg. Grâce à Vitoshka on a l’occasion de nous voir plus souvent.

3/ Quelles sont vos complémentarités dans la façon de travailler ensemble à deux ?

Comme nous nous basons sur l’art traditionnel bulgare – la création des motifs et modèles est précédée par une étape « recherches » dont je suis en charge. Ensuite, nous partons ensemble de mes trouvailles et inspirations pour les revisiter dans l’esprit de la marque. Johanna a un regard très sûr de l’élégance que l’on recherche; moi je garantis en plus l’authenticité, je fais le pont entre ma culture d’origine et ma culture d’adoption.

4/ Comment passer de l’architecture à la création textile et graphique ?

Par le dessin et la curiosité. En plus, nous sommes toutes les deux spécialisées en architecture intérieure et décoration. Nous nous intéressons ainsi naturellement à l’artisanat, au savoir-faire et au choix des matériaux.

Pour nos créations graphiques – nous avons une approche très influencée par les outils de l’architecture – et dessinons nos broderies revisitées sur Autocad.

Vitoshka-interview-decoration-bulgare-by-le-polyedre-6

5/ Quelles sont vos techniques pour moderniser la tradition bulgare ?

Nous travaillons sur la composition – c’est elle qui – par le choix de la sobriété et l’élégance – affirme la modernité. Le choix des couleurs permet aussi de mettre en valeur les figures traditionnelles en leur donnant une nouvelle dimension moins « folklorique », très contemporaine. Tout l’intérêt, le charme et la différence des motifs sont néanmoins conservés. Quant à la technique de tissage ancestrale – elle est mise en valeur dans notre démarche comme une véritable richesse et gage de qualité. 

Vitoshka-interview-decoration-bulgare-by-le-polyedre-2Vitoshka-interview-decoration-bulgare-by-le-polyedre-3 Vitoshka-interview-decoration-bulgare-by-le-polyedre-4 Vitoshka-interview-decoration-bulgare-by-le-polyedre-5

6/Quelles sont vos sources d’inspirations ( films, expos, architecture, photos, danses…)

Tout ça dans notre travail en architecture. J’aime beaucoup m’inspirer de ce qui est déjà là pour essayer de le sublimer, « écouter » l’espace et le révéler. Pour Vitoshka, c’est bien sûr l’artisanat traditionnel bulgare qui est à l’origine de nos inspirations – et notamment les deux métiers d’art les plus typiques du folklore du pays – la broderie et le tissage de kilims. Avec toujours l’idée de mélange – entre tradition et modernité.

7/ Comment et où sont fabriquer les pièces produites ?

Nos kilims et coussins sont tissés selon la méthode traditionnelle et à la main par des tisserandes expérimentées en Bulgarie. C’est un savoir-faire ancestral venu de l’Asie et adopté il y a des siècles par les peuples des Balkans – dont les Bulgares. Chaque région y a apporté sa spécificité, tant dans les motifs représentés que dans la technique. Ainsi, même en Bulgarie il existe différentes « écoles » – dont deux principales. Notre toute première collection met à l’honneur les motifs et le savoir-faire de la région de Kotel – avec des pièces chaudes et des figures traditionnelles imagées. Le modèle Lozinki par exemple représente des vignes stylisés, et Bardutzi – des carafes en terre. Nous avons sélectionné une palette de couleurs plus sobre pour plus de modernité.

Nous préparons pour très bientôt une nouvelle gamme – celle-ci sera fabriquée par l’autre grande école de kilims – celle de Tchiprovtzi. Là il s’agit d’une technique de tissage un peu plus complexe, et le rendu est un tissu plus fin avec un maillage plus serré. Ce savoir-faire est également plus connu et a été inscrit en 2014 au Patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO. Ainsi, notre gamme de Tchiprovtzi sera notre gamme Premium avec pour le lancement un modèle très graphique, inspiré d’un des dessins les plus anciens de cette région. Nous raconterons aussi l’histoire d’une des figures le composant – symbole magique d’après la légende des tisserandes, et très universel. Comme les tapis-kilims de Kotel, ceux de Tchiprovtzi ont deux faces identiques et peuvent être utilisés comme couvre-lits ou couvertures, ou comme panneaux décoratifs accrochés au mur.

Il faut aussi noter que ce métier – bien que typique de l’artisanat bulgare, est devenu aujourd’hui très rare, mais c’est un savoir-faire précieux et les pièces produites sont d’une qualité et durabilité remarquables. Chaque kilim est unique et le résultat d’un travail minutieux et patient – plus d’un mois de tissage pour la taille S 100x160cm. Le kilim est véritablement une pièce qu’on peut acheter pour soi en sachant qu’on pourra la transmettre à ses enfants et petits enfants.

Nous avons voulu notre gamme papeterie résolument moderne – d’où le choix du noir et blanc. Les dessins sont inspirés principalement de broderies traditionnelles et certains – des dessins de kilims. Nous proposons des cartes postales et cartes de vœux, ainsi que des affiches pour la décoration murale. Vous pouvez désormais les commander encadrées.

Kotel_weaving (1)-2Kotel_weaving_chaine (5)-2

8/ Où pouvons nous acheter vos pièces ?

Sur notre boutique en ligne : www.vitoshka.fr. Les kilims sont fabriqués à la commande, on peut choisir la taille et pour une personnalisation des couleurs ou même la taille – il suffit de nous contacter par mail avant de passer commande. Les coussins et la papeterie sont disponibles par petites séries.

9/ Quelles sont vos bonnes adresses à Strasbourg ? Quelles sont vos bonnes adresses à Sofia ?

A Strasbourg j’aimerais vous parler d’une adresse en avant-première ! Le time-café Coffe Cat dans lequel on pourra découvrir des articles de la collection de Vitoshka ! Nous nous occuperons de l’aménagement intérieur et la décoration de ce lieu innovant qui devrait ouvrir vers la fin de l’été. Pour le moment vous pouvez suivre le projet ici : www.coffeecat.fr

Je suis née à Sofia, mais je n’y ai jamais vraiment vécu. J’y vais quand même régulièrement – deux de mes sœurs y vivent aujourd’hui. Elles m’ont par exemple fait découvrir Veda house – une « maison des thés » originale et The Cocktail Bar.

10/ Quels sont vos prochains voyages de prévu ?

Un road trip cet été en Bulgarie pour découvrir le sud-ouest que je connais mal. Dans ces régions on trouve les deux plus hautes montagnes du pays – Rila et Pirin, et dans le sud une des villes les plus anciennes du monde – Plovdiv. J’ai hâte ! Ce sera aussi l’occasion pour de nouvelles inspirations pour Vitoshka !

nota : toutes les photos sont du Polyèdre sauf la première et les deux dernières.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply