LIFESTYLE, RENCONTRES

RENCONTRES #07 SÉBASTIEN, CRÉATEUR DE BIJOU

06/09/2015

rencontres-sebastien-carré-bijou-contemporain-lauréat-prix-jeune-création-ateliers-art-de-france-by-le-polyedre-visuel

La rencontre avec Sébastien s’est déroulée chez lui, à Strasbourg. C’est chez lui qu’il travaille. C’est un des six lauréats 2015 du Prix de la Jeune Création Métiers d’Art, organisé par Ateliers d’Art de France. Il est atteint de la maladie de Crohn. Sa maladie l’a fortement influencé dans son travail. Dans son appartement, une bonne partie  est consacrée à son métier. Sébastien est créateur de bijou contemporain. De par la contrainte de sa maladie, il travaille parfois de son lit. Ses bijoux lui sert à exprimer ce qui se produit dans son corps, ses changements, son état. Très vite installée chez lui, il commence à me montrer ses bijoux un à un. Chaque bijou possède sa propre histoire, et est un instant de sa vie.

Pour comprendre un peu plus son travail, je lui ai posé quelques questions.

rencontres-sebastien-carré-bijou-contemporain-lauréat-prix-jeune-création-ateliers-art-de-france-by-le-polyedre (1)rencontres-sebastien-carré-bijou-contemporain-lauréat-prix-jeune-création-ateliers-art-de-france-by-le-polyedre (2)rencontres-sebastien-carré-bijou-contemporain-lauréat-prix-jeune-création-ateliers-art-de-france-by-le-polyedre (7)rencontres-sebastien-carré-bijou-contemporain-lauréat-prix-jeune-création-ateliers-art-de-france-by-le-polyedre (13)rencontres-sebastien-carré-bijou-contemporain-lauréat-prix-jeune-création-ateliers-art-de-france-by-le-polyedre (19)rencontres-sebastien-carré-bijou-contemporain-lauréat-prix-jeune-création-ateliers-art-de-france-by-le-polyedre (10)rencontres-sebastien-carré-bijou-contemporain-lauréat-prix-jeune-création-ateliers-art-de-france-by-le-polyedre (9)rencontres-sebastien-carré-bijou-contemporain-lauréat-prix-jeune-création-ateliers-art-de-france-by-le-polyedre (8)rencontres-sebastien-carré-bijou-contemporain-lauréat-prix-jeune-création-ateliers-art-de-france-by-le-polyedre (11)

01/Pour commencer, quelle est ta formation professionnelle ?

Après un bac Littéraire dans un lycée de l’ouest parisien, j’ai passé deux années à Paris dans des écoles préparatoires aux concours des écoles d’art public (à l’Atelier Hourdé puis l’EPSAA). J’ai intégré l’école des arts décoratifs de Strasbourg (désormais la HEAR) en première année et c’est là que j’ai découvert ce domaine du bijou contemporain. Dès la deuxième année, j’étais spécialisé dans ce domaine et je débutais un travail modulaire comme bio mimétisme de la mitose cellulaire afin de produire diverses représentations d’organes. Quelques semaines après mon premier diplôme et à quelques semaines de mon départ pour Barcelone pour mon échange Erasmus, on me diagnostiquait une maladie de Crohn qui allait influencer très fortement ma pratique. J’ai donc préparé mon Master en utilisant ma maladie comme base pour exprimer ce qui se produisait dans mon corps, mes questionnements et mes observations. J’ai donc été diplômé en Juin 2014 avec les Félicitations du Jury et cette première année entant qu’artiste se solde de façon très positive.

02/Comment ce choix de ce métier t’es venu ? 

En fait c’est plutôt par hasard que j’ai découvert le bijou contemporain. En première année j’ai fait la connaissance d’une amie qui avait fait l’école Boulle à Paris en Bijouterie. Elle même avait intégré les Arts décoratifs de Strasbourg afin de pouvoir suivre la formation de l’atelier Bijou. Un soir, nous nous sommes retrouvé chez elle et je suis tombé en admiration devant son établi de bijoutier. Je lui ai alors demandé à quoi servait ce meuble magnifique. Elle en a alors sorti des outils et à commencer à me montrer comment travailler le métal. J’ai passé la soirée entière sur l’établi à réaliser une bague tout en prenant part aux discussions et j’ai complètement perdu toute notion de temps. Je me suis alors dit que si le temps passait si vite quand je faisais du bijou et si je trouvais cela tellement agréable je venais sans doute de trouver ma vocation. 

03/Ta maladie t’as servi comme source d’inspiration et d’expression ? Peux tu nous en dire plus ? 

À la fin de mon premier diplôme et après avoir déjà évoqué la colonne vertébrale, le cœur et les poumons, j’étais à la recherche de nouvelles orientations pour débuter mes recherches et mes créations pour le Master. Je souhaitais par ailleurs sortir de ce coté trop figuratif et j’ai donc commencé à réfléchir à un travail autour des intestins qui pourrait peut être devenir plus symbolique. C’est exactement à ce moment là que mes soucis de santé se sont aggravés et que j’ai été obligé d’être hospitalisé pendant 21 jours cet été là le temps que l’on puisse concrètement diagnostiquer ma maladie de Crohn. Pendant ce temps, j’ai décidé de prendre en note tout ce qui arrivait me disant par avance que cela pourrait sans doute me servir dans mon travail. Dés le début, j’ai senti qu’il faudrait que j’ai une attitude combative face à la maladie. J’ai donc décidé d’utiliser le bijou pour extérioriser ce qui se produisait dans mon corps tout en jouant des contraintes que la maladie allait imposer. C’est ainsi que l’emploi du textile est arrivé comme une évidence pour assembler les éléments qui allaient donner du sens à mes bijoux. De plus,  le bijou pouvait me permettre d’évoquer des choses qui sont relativement tabou dans nos sociétés, le sujet de la digestion mais surtout les problèmes qui peuvent lui être lié. J’ai donc développé un travail qui pourrait me permettre de travailler partout, dans mon lit, dans une salle d’attente, à l’hôpital… Le bijou est donc devenu thérapeutique dans la pratique et également un moyen de ne pas s’associabiliser totalement. 

rencontres-sebastien-carré-bijou-contemporain-lauréat-prix-jeune-création-ateliers-art-de-france-by-le-polyedre (5)rencontres-sebastien-carré-bijou-contemporain-lauréat-prix-jeune-création-ateliers-art-de-france-by-le-polyedre (6)

04/Quelles sont les matières que tu utilises pour signifier l’organique ?

Tout peut potentiellement être utilisé, métal, papier, cuir, textile, pierre semi-précieuses… Je cherche cependant des éléments qui me permettent d’amener du sens à mes bijoux. J’ai par exemple utilisé de la pellicule de film pour évoquer les souvenirs responsable de la dépression. Le cuivre est souvent employé pour symboliser l’inflammation car il est traditionnellement employé comme anti-inflammatoire (déjà chez les Aztèques…); L’acier inoxydable me permet de symboliser le monde médical; le nylon évoque quant à lui la présence humaine; et les pierres semi précieuses sont généralement choisies en fonction des théories de Naturopathie qui leurs sont associées. Ma seule constante est désormais de créer la structure de ces bijoux par l’emploi de techniques associées aux textiles sur lesquels je viens appliquer ces différents éléments comme un cancer colonisant un organe. Tout l’intérêt étant de jouer sur la préciosité des matières au niveau de la représentation de la partie malade afin de faire réfléchir sur nos questionnement occidentaux lié à la préciosité. Ainsi j’essaye de montrer que l’on peut trouver du bon et de la beauté dans toute situation (même les pires) parfois en changeant simplement de façon de penser ou en changeant de point de vue.

rencontres-sebastien-carré-bijou-contemporain-lauréat-prix-jeune-création-ateliers-art-de-france-by-le-polyedre (12)rencontres-sebastien-carré-bijou-contemporain-lauréat-prix-jeune-création-ateliers-art-de-france-by-le-polyedre (14)rencontres-sebastien-carré-bijou-contemporain-lauréat-prix-jeune-création-ateliers-art-de-france-by-le-polyedre (15)rencontres-sebastien-carré-bijou-contemporain-lauréat-prix-jeune-création-ateliers-art-de-france-by-le-polyedre (16)rencontres-sebastien-carré-bijou-contemporain-lauréat-prix-jeune-création-ateliers-art-de-france-by-le-polyedre (17)rencontres-sebastien-carré-bijou-contemporain-lauréat-prix-jeune-création-ateliers-art-de-france-by-le-polyedre (18)rencontres-sebastien-carré-bijou-contemporain-lauréat-prix-jeune-création-ateliers-art-de-france-by-le-polyedre (20)

05/Pour chaque bijou crée, passes tu par le dessin ou directement par la manipulation de matières ? 

Je passe peu par le croquis. Lorsque je commence un nouveau bijou j’ai généralement une idée globale de la création. Cependant les techniques textiles ne permettent pas d’avoir un contrôle absolu sur la mise en forme. Souvent le bijou évolue et n’est jamais exactement comme je l’ai imaginé. J’aime penser que c’est une façon pour eux de montrer qu’ils ont déjà pris vie, qu’ils ont leur propre caractère. Bien que nous soyons désormais capable de grandes choses grâce aux évolutions de la science, il restera toujours une part de hasard dans le développement du vivant et ce que je souhaite également retrouvé dans le moyen de produire mes bijoux. 

06/Tes créations évoluent entre commandes, collaborations et initiatives personnelles ?

Tout à fait. Je continue à travailler cette thématique qui me tient à cœur et que je présente aux différents prix et concours internationaux pour le bijou contemporain. De plus les appels à candidature pour de nombreuses exposition me permet d’explorer de nouvelles thématiques et de produire de nouveaux types de bijoux. J’ai également eu l’opportunité de travailler sur une collaboration avec la marque de parfum de niche les Liquides Imaginaires (voir Ogham Incensum sur www.sebastiencarre.com) pour laquelle j’ai créé une série de bijou qui permet de symboliser le concept de chacun des parfums de la trilogie les Eaux Arborantes. Afin d’unifier nos deux Univers j’ai également effectué un travail de laque japonaise mélangeant les matières utilisées sur les bijoux sur des Amphores (les amphores étant le Totem / Emblème de la marque). Parfum, Bijoux et Amphores sont à découvrir à la boutique de l’Éclaireur rue Boissy d’Anglas. Enfin concernant les commandes, elles sont plus rare mais je trouve cela très intéressant puisque j’ai tendance à les considérer comme une sorte d’Autoportrait sensoriel dont le porteur et moi-même serions les seuls à connaitre les codes. 

07/Le prix de la jeune création décerné au mois de juin te permet de mettre en avant ton savoir faire et te rendre d’avantage visible , quels sont tes futurs projets ?

En effet ce prix est une très grande opportunité pour moi de pouvoir me faire connaitre dans mon Pays, car pour l’instant c’est plus à l’internationale que je suis le plus actif.  Le bijou contemporain m’a donné la très grande chance de voyager à travers l’Europe en seulement un an d’activité (Allemagne, Belgique, Espagne, Hollande, Italie, Roumanie) et d’être déjà représenté aux USA par une galerie New Yorkaise. Tous ces Prix, expositions et Foire m’ont permis de rencontrer beaucoup d’artiste très intéressants et je trouve plutôt naturelle d’organiser dès l’automne 2015 à Montpellier une exposition de bijou contemporain mélangeant des artistes de la jeune génération française ainsi que des grand noms internationaux. J’ai contacté une cinquantaine d’Artiste et je sais déjà que nous pouvons compter sur des stars internationales du bijou contemporain pour nous aider à essayer d’impulser un nouvel élan pour ce médium artistique en France. Cependant l’exposition n’aura pas pour simple ambition de soutenir uniquement le bijou contemporain mais également de soutenir le projet de loi sur les « Métiers d’Art » afin que l’on puisse enfin reconnaître au travail de la matière la possibilité d’être reconnu comme conceptuel et donc d’être logiquement considéré comme une Œuvre Originale. Ateliers d’Art de France étant très actif pour soutenir ce projet il m’a semblé tout à fait logique d’inclure au projet les 6 lauréats du Prix de la Jeune Création Métiers d’Art 2015 (dont je fais partis) qui ont tous répondu positivement à cette demande de produire une pièce conceptuelle sur la thématique de la « Transmission ». L’exposition se tiendra du 20 Octobre au 12 Décembre au Studio 411 Galerie à Montpellier (Galerie qui a accueilli ma première exposition Solo en 2014 et qui m’a proposé le commissariat pour cette nouvelle exposition)

 –

Cette Automne annonce dors et déjà un programme très chargé. Fin Août Je me rend en Italie car je suis sélectionné pour le prix de bijou contemporain Italien de la foundation Cominelli.  En septembre je participe aux Salon Révélations et Maison & Objet à Paris.  En Octobre je participe à JOYA, Foire de Bijou d’Art de Barcelone (du 8 au 10 Octobre). La semaine suivante aura lieu le vernissage de l’exposition  « Transmission » dont je suis le commissaire au Studio 411 Galerie. Et le 23 Octobre je me rend à Mons en Belgique où j’ai été sélectionné pour le prix Européen d’Art Appliqués et pour l’exposition « Omnia Vanitas » par World Crafts Council Belgium.

08/Quelles sont tes sources d’inspirations, des artistes que tu aimes dans des domaines différents ? 

Je suis très inspiré par Arte. Je travaille essentiellement en regardant des films ou des documentaires ce qui me permet de nourrir ma pratique par toutes ces nouvelles informations que cette chaine me fait découvrir. Sur un point de vue Architectural, je trouve beaucoup d’inspiration dans la manière qu’avait Gaudi de concevoir des volumes pour créer des bâtiments. J’apprécie beaucoup le caractère obsessionnel de Yayoi Kusama avec le point qui me rappel mon obsession de la forme ronde que j’emploi partout ( perles, anneaux, mais également dans la forme ronde des colliers ou des bracelets). Enfin je retrouve beaucoup de similitude dans le travail de David Altmejd et dans son rapport changeant avec l’échelle de ses créations. De nombreuses parties de ses créations se transforme en paysage par la mise en place d’une échelle démesuré. Pour ma part c’est plutôt l’inverse la taille de mes créations me pousse à devoir coller le nez sur le bijou et j’ai alors l’impression de voyager dans des petits univers que je viens construire.

09/Quels sont tes derniers voyages ?

Tous mes derniers voyages ont été liés au bijou Contemporain. En Mars je suis allé à Munich car j’étais sélectionné pour la Talente, concours Européen des jeunes créateurs en Art appliqués. Ensuite je suis allé en Italie car j’étais sélectionné pour un prix de bijou contemporain, Gioielli in Fermento où j’ai gagné le premier Prix. La semaine suivante j’étais à Bucarest car j’étais sélectionné pour participer à Autor, une Foire internationale de bijou contemporain. 

10/Tes coups de cœur expo ?

Mon dernier gros coup de cœur c’était l’exposition de David Altmejd au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris. Je suis resté fasciné devant sa série des Géants retrouvant par endroit des petites scènes mettant en scène des fourmis et permettant de changer notre rapport avec ce corps énorme qui devient Paysage. Mais j’ai également était très marqué par son travail de représentation de Flux par l’emploi des fils textiles pour créer des installations qui permettent de dessiner des choses en 3 dimensions. 

11/Des bonnes adresses à Strasbourg, Paris ou ailleurs à nous révéler ?

À Strasbourg, pour sortir des sentier battu il faut aller visiter le Château musée du Vodou qui présente une collection unique au monde et qui reste encore peu connu. Dans la région je conseille à tous les amoureux des pierres de venir un jour à Sainte Marie aux Mines le dernier Week end de Juin où à lieu la 3 eme plus grande Foire Mondiale de Pierre précieuse, cela vaut vraiment le détour. À Paris, pour ceux qui ne la connaisse pas encore je conseille d’aller visiter la boutique de l’Éclaireur Rue Boissy d’Anglais qui est vraiment un lieu atypique où l’univers de Piero Fornasetti est très largement mis en avant. 

 Article en collaboration avec Ateliers d’Art de France

Sébastien Carré

Créateur de bijou contemporain

http://www.sebastiencarre.com/

Sébastien sera présent au Salon Révélations au Grand Palais / du 10 au 13 septembre 2015

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply